Un retour sans boire la tasse

“Bois la tasse” est le nom du petit café que Brenda et Johan ont ouvert près de la cathédrale de Saint Denis. Après une formation dans une célèbre école de gastronomie française, les amoureux sont revenus au péi pour lancer leur propre café, nourris des inspirations de leurs voyages.

Le contexte du départ en mobilité

C’est avec le CNARM que Johan Oussénékan et Brenda Célestin ont quitté La Réunion il y a quelques années. Les deux amoureux qui ne se connaissent pas encore sont séduits par une offre de formation en cuisine dans la célèbre école de gastronomie “Ferrandi“. Sélectionnés suite à un entretien, les deux jeunes gens s’envolent 1 mois plus tard vers l’Hexagone avec la ferme intention de décrocher leur CAP.

Leur parcours en mobilité

Leur départ est motivé par la volonté de se construire un avenir professionnel mais aussi une envie de s’ouvrir au monde et voyager…

Pour la jeune fille originaire de Saint-André, il s’agit d’ailleurs d’un second départ dans la perspective d’une reconversion professionnelle (après une première expérience d’un an en faculté de psychologie à Montpellier). Brenda valide ainsi son CAP cuisine, qu’elle consolide par un CAP en pâtisserie et un BTS en hôtellerie et restauration en alternance.

Pour Johan ce CAP cuisine est une première expérience de mobilité. Sans emploi fixe à La Réunion, le dionysien a eu envie de sauter la mer pour se former. 

Leur déclic du retour

Un retour sur leur île natale qui a eu lieu il y a presque 3 ans pour elle et environ 2 ans pour lui. Le déclic pour rentrer est venu très vite après leur formation et une première expérience professionnelle en Hexagone pour lui.

Le désir d’entreprendre à La Réunion s’est rapidement imposé pour le couple. Une volonté renforcée par le manque de la famille, la lassitude de la vie parisienne et de sa météo capricieuse. La décision de rentrer dans l’optique de lancer une activité à La Réunion est donc prise.

Leur ressenti du retour

Brenda décrit un retour “assez facile”, grâce au soutien de sa famille notamment en matière d’hébergement.

On est rentrés dans de bonnes conditions. Ce n’est pas le cas de tout le monde, on a eu beaucoup de chance”. 

Les véritables difficultés en rentrant ont été essentiellement liées à la création d’entreprise, plutôt qu’au retour en lui-même. Johan explique que monter l’entreprise a été “long et dur”…deux ans de galères administratives en tous genres. 

Les amoureux soulignent également la nécessaire réadaptation à la vie sur place. Comme beaucoup de Réunionnais de retour, Brenda et Johan ont dû se reconstruire un cercle social et retrouver des activités sur place.

Leur projet professionnel

Après 2 ans de préparation, Brenda et Johan ont ouvert un petit café végétarien à Saint-Denis, près de la cathédrale.

Bois la tasse” propose chaque semaine un menu construit autour de propositions salées et sucrées ainsi que des boissons originales.

“C’est un endroit tout petit et mignon qui nous suffit car nous ne sommes que deux pour tout faire“.

Un projet nourri par leur expérience en mobilité. L’entreprise est le fruit de d’une formation solide, mais aussi de découvertes au cours de leurs voyages, qui ont inspiré la conception de ce lieu original et convivial.

Leur conseil aux réunionnais qui souhaitent rentrer

S’assurer d’avoir un hébergement au moins familial au retour”.

Le couple souligne aussi qu’il existe de nombreuses aides localement pour accompagner les projets de création d’entreprise et qu’il faut frapper à toutes les portes. Brenda et Johan rappellent ainsi l’importance de persévérer et d’aller au bout de ses ambitions.

Le mot de la fin

Avec la famille, la mer et le soleil, le retour est “très gayar”.

Un ptit coup d’pouce à nos entrepreneurs de retour au péi : alé bat’ un karé chez Bois la Tasse, 12 rue alexis de Villeneuve à Saint Denis.

Elsa Fourcade

Elsa Fourcade, 30 ans, originaire de Saint-Denis. Diplômée en 2015 du Master 2 Histoire et Audiovisuel à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne en partenariat avec l’Institut National de l’Audiovisuel (INA). Depuis mon retour à La Réunion en juillet 2016, j’évolue dans le monde des médias et de la communication.